Rivacom, Communication Alternative Phares et Balises, Communication d'Entreprise

Actualités

Sea Tech Week
26.09.2018

Sea Tech Week 2018: Une dimension internationale grandissante

Du 8 au 12 octobre, la Sea Tech Week reprend ses quartiers au Quartz, à Brest, pour une semaine qui s’annonce aussi cosmopolite que passionnante : articulée autour des bio-ressources marines, l’édition 2018 de l’événement brestois confirme en effet sa dimension internationale grandissante avec la présence annoncée d’importantes délégations étrangères.


La Norvège, invitée d’honneur de l’édition 2018
Invitée d’honneur de la Sea Tech Week 2018, la Norvège sera représentée par son ambassadeur en France, Rolf-Einar FIFE, à la tête d’une délégation rassemblant une quinzaine de représentants du secteur privé, d’Innovation Norway et de scientifiques dont Sissel ROGNE, directrice générale du prestigieux Institute of Marine Research de Bergen.
Pays dont l’économie est étroitement liée aux activités maritimes, 2e exportateur mondial de produits de la mer, la Norvège a très tôt placé le développement durable au rang de priorité vitale, ce que confirme Rolf-Einar FIFE :  « C’est avec un sentiment mêlé de plaisir et de pertinence que nous avons accueilli l’invitation de la Sea Tech Week : elle offre à nos spécialistes l’occasion privilégiée de rappeler les formidables possibilités offertes par la mer, mais aussi la nécessité d’assurer une coexistence harmonieuse des différentes activités marines, et les responsabilités à assumer en matière de renouvellement des ressources naturelles et de lutte contre toutes les pollutions ». Outre ses interventions dans plusieurs ateliers, la délégation norvégienne prévoit la mise en place d’un séminaire sur les nouvelles technologies et méthodes pour une meilleure gestion des ressources marines, en matinée, le mercredi 10 octobre dans le petit Théâtre du Quartz de Brest.


Des délégations venues d’Asie et d’Amérique
Avec celle du South Coast Marine Cluster de Plymouth – ville jumelée avec Brest –, qui bénéficiera d’un pavillon dédié au sein du salon professionnel, la présence de délégations venues de Chine, d’Inde, du Vietnam et du Québec renforce encore, cette année, la dimension internationale d’un événement voué aux échanges entre chercheurs, institutionnels et partenaires potentiels de tous pays. Constituée de représentants de l’Université Océanique de Chine et des instituts de recherche marine de Qingdao – également jumelée avec Brest -, la délégation chinoise proposera un atelier en sciences et technologies de la mer conçu conjointement par les établissements académiques des deux villes.

Une vingtaine de personnalités formeront la délégation québécoise, dont Guillaume Saint-Onge, co-directeur de l’Institut France-Québec Maritime, lequel animera une grande journée d’échanges autour des bio-ressources marines. Il sera accompagné de Yves-Marie Paulet, second co-directeur de l’IFQM et Vice-président Mer de l’Université de Bretagne Occidentale et de Matthieu Gallou, président de l’IFQM et de l’UBO.
Rassemblant une dizaine d’enseignants-chercheurs de l’IIT de Goa, dont son directeur, la délégation indienne proposera quant à elle un atelier destiné à mettre sur pied le programme de coopération prévu dans la lettre d'intention cosignée par le Campus Mondial de la Mer, Naval Group et IIT Goa.


Les défis de l’Ocean Hackathon en prélude
Comme un prélude à la Sea Tech Week, l’Ocean Hackathon se tiendra à l’ENSTA Bretagne de Brest du 5 au 7 octobre : un événement conçu pour des candidats qui souhaitent intégrer un groupe où apporter leur expertise, afin de relever l’un des 22 défis sélectionnés cette année. Avec des champs d’application aussi variés que l’économie circulaire, la biodiversité marine, la gestion et valorisation des déchets, mais aussi les énergies renouvelables, la sécurité en mer, la médiation scientifique ou l’art, la manifestation s’élargit désormais à un public international : en plus des équipes françaises présentées par les villes de Brest, Nantes, Rennes, Roscoff ou Senlis, cette 3e édition accueillera en effet des porteurs de défis originaires de Dakar au Sénégal, de Kribi au Cameroun, d’Oostende en Belgique et de Rimouski au Canada (inscriptions ouvertes sur www.ocean-hackathon.fr jusqu’au mercredi 3 octobre).

www.seatechweek.eu