Rivacom, agence conseil en communication
fr eng

Accès presse

   
Logo TwitterFlux RSS

Nautisme :

Transat BPE - Belle Ile en Mer - Marie Galante

Transat BPE - Belle Ile en Mer - Marie Galante Transat bpe

 

 

 

COMMUNIQUÉ DU 25 avr. 09

 

J+20, chez les marins, ce besoin de faire des phrases

 

Ce n'est pas encore l'épilogue, mais les solitaires de la Transat BPE ont déjà noirci la plus grande part des pages du livre de la course. A chaud, chacun livre ses premières impressions, entre joie contenue ou communicative pour les uns et déception rentrée pour les autres… La satisfaction qu'ils affichent se mesure aussi à l'aune des ambitions affichées au départ de Belle-Île-en-Mer.

 

Ces grains-là n’étaient pas de sable pour enrayer la belle mécanique des deux leaders. Mais au bout du compte, ils ont produit les mêmes effets. Première victime des caprices cumuliformes, Gildas Morvan (Cercle Vert) avait vu, dans la journée d’hier, son avance se réduire comme peau de chagrin dans le sillage d’un nuage particulièrement imposant. Une vitesse dérisoire de deux nœuds pendant une paire d’heures et le skipper de Landéda voyait fondre sur lui un Erwan Tabarly (Athema) particulièrement motivé. Vingt heures plus tard, c’était au tour du skipper d’Athema de se voir piéger par un grain aux abords de Marie-Galante. Certains argueront que ce ne fut, au bout du compte, qu’un prêté pour un rendu, quand d’autres évoqueront un tour de passe-passe tropical, voire même, l’œuvre d’un marabout… la faiblesse des écarts, mais aussi le nouveau temps de référence établi, témoignent bien de l’intensité des débats sur l’Atlantique. Pour cette édition 2009, pas de grand écart latéral, mais une succession d’opportunités à saisir, de petits replacements stratégiques tout en veillant à bonne tenue de sa vitesse. Au bout du compte, une déception légitime pour Erwan Tabarly, mais une grande satisfaction tant pour François Gabart  (Espoir Région Bretagne) qui, pour sa première transat, signe un coup de maître que pour Gildas Morvan qui chasse définitivement le chat noir qui lui refermait les portes sur ses ambitions de victoire.

Géométries comparatives

Au final, le podium est plutôt conforme à la physionomie de la course. Gildas Morvan l’emporte d’un cheveu devant son meilleur adversaire qui n’a cessé d’être à l’attaque. Derrière eux, François Gabart confirme tout le bien que bien de ses concurrents pensaient de lui. Nicolas Troussel, handicapé par ses problèmes de pilote, n’a sûrement pas pu défendre jusqu’au bout ses chances, quand Gérald Veniard (Macif) et Thierry Chabagny (Suzuki Automobiles)paient sûrement un choix de route plus nord que les autres, à flirter avec les limites de l’anticyclone des Açores… Derrière eux, la bagarre pour la septième place a battu son plein jusque sur la ligne. A peine plus de deux minutes d’écart entre Franck Le Gal (Lenze)et Armel Tripon, le skipper de Gedimat coiffant son adversaire sur la ligne après une bagarre à safrans tirés. Mais, premier, troisième, sixième, quand les navigateurs se retrouvent à terre, ils n’ont de cesse de tirer des plans sur l’océan, de refaire une nouvelle fois le match, de comparer les trajectoires, de chercher le pourquoi du comment… Les navigateurs solitaires ont parfois des réflexes d’écoliers le jour de la rentrée des classes. Bavards, vous dit-on.

Ils ont dit :

Gildas Morvan, Cercle Vert, 1er du classement final
« اa se joue beaucoup dans la tête. Quand j’ai vu que dans le sud, ils allaient un à deux nœuds plus vite que moi, il a fallu que je me raisonne pour garder ma trajectoire, conserver mon option. J’avais emmené des bouquins, des DVD. Je ne les ai pas touchés tellement la régate était intense. Pour un coureur au large, gagner une course transatlantique, c’est quand même le summum. C’était tellement fort que j’ai parfois l’impression d’être parti, il y a deux jours… »

Erwan Tabarly, Athema, 2ème du classement final
« J’étais vraiment content de mon option. En partant plus au sud, je savais que je faisais plus de route, mais je pensais compenser par une vitesse supplémentaire. J’y ai vraiment cru jusqu’au bout. La preuve, ça se joue à presque rien. »

François Gabart, Espoir Région Bretagne, 3ème du classement final
« Dans l’ensemble, j’ai pris un plaisir extraordinaire. C’était ma première Transat et j’y ai trouvé exactement ce que j’étais venu chercher. Mais, même au départ, je n’étais pas inquiet, j’avais déjà constaté sur la saison 2008 que plus les courses étaient longues, plus je me sentais à l’aise. On aurait pu traverser la Mer des Caraïbes et finir au Costa Rica, cela ne m’aurait pas vraiment dérangé. Et puis, c’est magique : depuis le Portugal, on a hissé le spi et on l’a gardé jusqu’à la ligne d’arrivée… »

 

 

Pour en savoir plus  
 

 

 

 

Partenaires